Opération spéciale croix rouge

Une partie des recettes, liées à ces deux représentations, sera reversée à La Croix Rouge en Ukraine et dans les pays limitrophes. Vous aurez également la possibilité de faire des dons (chèques ou espèces) à La Croix Rouge présente les 10 & 11 mars de 19h30 à 23h dans le hall d’Équinoxe.

Tiago Rodrigues (Portugal)

Le très grand auteur-metteur en scène Tiago Rodrigues, nouveau directeur du Festival d’Avignon, s’est souvent demandé pourquoi il avait choisi de raconter le monde plutôt que de le sauver en agissant de manière plus concrète. En traitant le thème de l’humanitaire, qui lie l’histoire intime et la grande Histoire, il met en œuvre sa virtuosité dans l’art de mêler les strates narratives.

À Genève, il rencontre le directeur de la Croix-Rouge. En découle l’envie de regarder le monde par les yeux de ces personnes engagées dans l’humanitaire. Invitant les interviewés puis les acteurs à se mettre à distance, Tiago Rodrigues compose plusieurs récits à partir de voyages d’investigations sur le terrain. Qu’est-ce qui pousse un être humain à choisir de risquer sa vie pour aider les autres ? Quand la question de l’appartenance et du « chez soi » devient- elle  problématique face au chaos du monde ? Comment cette double vie entre les zones de crise et le retour chez soi dans un pays en paix modifie-t-elle le regard sur le monde et sur sa vie personnelle ?

Vu pour vous à la Comédie
de Genève le 8 février par Jérôme Montchal, directeur d’Équinoxe

«C’est une œuvre puissante que nous livre le grand metteur en scène portugais, et futur directeur du festival d’Avignon, Tiago Rodrigues. La thématique autour de l’engagement humanitaire
et le talent éprouvé du dramaturge m’avaient poussé à coproduire
le spectacle dès l’année dernière, c’est à dire aider financièrement
à sa création. Ce qui nous doit d’avoir à Châteauroux les premières dates de cette pièce très attendue par le monde du théâtre. Il s’agit d’une oeuvre importante, qui arrive à exprimer toute la puissance de l’indicible, avec des moments douloureux naturellement, mais aussi des respirations drôles : rire de l’impossible… Quatre comédiens redisent/jouent des expériences très concrètes, récoltées par eux mêmes et le metteur en scène lors d’entretiens avec des humanitaires, dans un contexte plus abstrait : « l’impossible », c’est à dire le camp du mal, de la guerre, de la haine, jamais nommé. La force de ce théâtre documenté, qui fait théâtre par son adresse directe au public, interpellatrice et salvatrice, tient la salle bouche bée. Une vision artistique certes, mais aussi citoyenne, informative, par cette succession de témoignages précis et jamais anodins, même si parfois le ton pourrait le laisser penser.
La mise en scène est simple, souvent poétique, toujours efficace. La distribution impeccable et joyeuse, la scénographie, entre tente, montagnes et chape de plomb, intelligente et évocatrice, la musique rythmique en direct est très présente, le fond urgent quand on lit tous les jours les tensions internationales en cours. Une œuvre indispensable, qu’on retrouvera au Festival d’Automne à Paris, mais à l’automne prochain. » 

 

 

Presse

« Excellence des comédiens », « prodigieux musicien », « mise en abyme de génie », « colossal spectacle », « œuvre maîtresse appelée à tourner tout soudain dans les plus prestigieux théâtres européens », la Tribune de Genève ne tarit pas d’éloges à propos de ce spectacle-événement. 

« C’est incroyable, une salle entière qui retient son souffle, bouche bée, entièrement prise par ce qu’elle voit et entend, si bien qu’elle en oublie de tousser, de bouger, de consulter son portable, de sortir un mouchoir ou une pastille à la menthe. » Libération

« Un spectacle incarné et percutant sur lʹhumain, sa résilience et sa face la plus sombre. » RTS-Vertigo

« Outre sa beauté subversive, le titre de la nouvelle création de Tiago Rodrigues porte en creux la mesure de la difficulté à laquelle se confrontent jour après jour ceux que l’on appelle les « humanitaires ». » Les Inrockuptibles

« Des paroles portées avec finesse et doigté par Adrien Barazzone, Beatriz Brás, Baptiste Coustenoble et Natacha Koutchoumov. » Sceneweb

« Un gigantesque tissu blanc soutenu par des dizaines de guindes compose l’unique décor du spectacle, esquissant un paysage de dunes de sable dans un désert. Lorsque le textile sera activé par les comédiens, il prendra l’allure d’une khaïma pour incarner un abri, un refuge, l’espace d’après pour les survivants.

Sur scène, quatre comédiens, deux femmes et deux hommes, rejouent les entretiens recueillis au début du projet, auprès de femmes et d’hommes qui ont dédié leur vie à l’engagement pour les autres, travailleurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou de Médecins sans frontières (MSF), deux institutions ayant leur siège international à Genève. (…) Un cinquième protagoniste sera révélé lorsque le tissu se lèvera : le musicien Gabriel Ferrandini qui assure à la batterie une impressionnante traduction sonore du tumulte et de la rage.

(…) Chacun à son tour va raconter un évènement issu de son vécu humanitaire, une de ces histoires dont il se garde bien de faire le récit à ses proches.

(…) La pièce parle d’abord de récits. Ceux que les humanitaires ont confié à Tiago Rodrigues et aux comédiens, chroniques des expériences qu’ils ont vécues là-bas, témoignages de leur perception du monde et d’eux-mêmes. Sur scène, il ne s’agit pas de jouer mais de raconter. « Nous parlons à travers eux, ces raconteurs d’histoire, sans faire semblant que ce que nous avons entendu nous permet ne serait-ce que d’imaginer la réalité des expériences qu’ils ont traversées » précise le metteur en scène. Ces histoires offertes sont autant de visions du monde et de façon de parler que de personnes rencontrées. « La proximité de la souffrance, du danger et de la violence, mais aussi de la dignité et de la résilience humaine, leur donne une lecture du monde dont nous sommes incapables » précise encore Tiago Rodrigues. L’existence même de l’activité humanitaire brosse un portrait terrible de l’humanité. » Guillaume Lasserre – Blog Médiapart

Distribution

Mise en scène Tiago Rodrigues
Traduction
 Thomas Resendes
Scénographie
 Laurent Junod
Composition musicale
 Gabriel Ferrandini
Lumière 
Rui Monteiro
Son 
Pedro Costa
Costumes 
Magda Bizarro
Assistanat à la mise en scène 
Lisa Como
Fabrication décor 
Ateliers de la Comédie de Genève

Avec 

Adrien Barazzone
Beatriz Brás
Baptiste Coustenoble
Natacha Koutchoumov
Musicien : Gabriel Ferrandini

Production

Production Comédie de Genève

Coproduction Odéon-Théâtre de l’Europe – Paris, Piccolo Teatro di Milano-Teatro d’Europa, Teatro Nacional D. Maria II – Lisbonne, Équinoxe – Scène nationale de Châteauroux, CSS Teatro stabile di innovazione del FVG – Udine, Festival d’Automne à Paris, Théâtre national de Bretagne – Rennes, Maillon Théâtre de Strasbourg – Scène européenne, CDN Orléans – Val de Loire, La Coursive Scène nationale La Rochelle

Avec l’aide du CICR – Comité international de la Croix-Rouge

Dates et horaires

Lieu ? Durée ?

Tarifs

Coproduction Equinoxe – Scène nationale de Châteauroux.

Création 2022.

En images

Autour du spectacle

  • Soyons curieux !

    Rencontre avec les comédiens à l’issue de la représentation

    Jeu. 10 mars

    Équinoxe – La Grande salle

  • Soyons curieux !

    Conférence-voyage dans la vie et l’œuvre d’Anton Tchekhov.

    Vous avez manqué la mise en scène de La Cerisaie de Tchekhov au Festival d’Avignon ?
    Vous pouvez vous consoler et voir « Tchekhov : cartes et territoires »

    Cie la Base – Dorothée Sornique, avec Stéphanie Noel et Emmanuel Reveneau.

    Ven. 11 mars · 19h00

    Équinoxe – Le Café